Actualités

- Revues de presse de l'établissement et du territoire -

Best Western Hôtel Le Pont D'Or - Laëtitia De Ménibus-Gravier : « Le poids du tourisme dans le Lot est équivalent à Andros ou Ratier » 09JUIL.

Laëtitia De Ménibus-Gravier : « Le poids du tourisme dans le Lot est équivalent à Andros ou Ratier »

Plus de 150 professionnels du tourisme lotois ont participé hier à Figeac à la rencontre organisée par l'association Touristic Vallées Lot et Dordogne. Une étape importante pour sa présidente Laetitia De Ménibus-Gravier, PDG du gouffre de Padirac.


Comment se porte l'association ?


On a fait une bonne assemblée générale avec 170 participants. Comme me disait Thomas Chardard, président de la CCI, on voit au bout de quatre ans, comme pour une entreprise, si c'était une bonne idée ou non. Et je crois que nous répondons à une vraie attente des professionnels.


Quels sont les objectifs poursuivis ?


Notre premier objet est de faire du lobbying vis-à-vis des institutions et des élus pour leur faire remonter nos besoins, nos attentes et les saisir des problèmes que nous rencontrons. Dans le Lot, nous en avons trois principaux : l'accès, la fibre optique et l'emploi. Et puis j'ajoute un 4e sujet d'actualité qui risque de nous impacter : la méthanisation. On va demander aux services de l'Etat des garanties pour protéger nos paysages et notre eau. Notre autre objet est la promotion du territoire : dans l'Aveyron on sait bien se vendre, dans le Lot il est important de se faire connaître. On est victime d'un nom méconnu, c'est pourquoi nous avons axé notre communication sur Lot et Dordogne.


Un mot sur l'étude dont vous avez dévoilé les résultats.


On n'avait pas de chiffres récents alors on a fait faire une étude très intéressante par le cabinet Protourisme. Dans le Lot, le tourisme représente 3 600 emplois temps pleins et 235 millions d'€ TTC de retombées directes. On voit le poids de cette économie qui est équivalent à celui d'Andros, Ratier ou Figeac Aéro. C'est un parallèle qui n'a jamais été fait et qui est très parlant à mon avis. On voit aussi notre potentiel de développement vers les jeunes urbains. Les seuls freins sont le transport et la fibre, c'est pourquoi nous avons besoin que les élus fassent leur boulot.


Article original : www.ladepeche.fr
Propos recueillis par Audrey Lecomte